Aller au contenu Skip to sidebar Skip to footer

Tag: banques

Les banques vont-elles devoir repayer ?

Too big to fail? Peut-être. Mais pas too big to pay back. 3 ans après l’explosion de la bulle immobilière suite à la crise dite des subprimes, le gouvernement américain se trouve un peu dans la situation d’une après marée noire où il faut tout nettoyer. Clean the mess ! Mais cette opération nécessaire pose des problèmes complexes et ne se fera pas sans douleur. Suite aux opérations de saisies (foreclosures), le gouvernement  américain se retrouve propriétaire de 248 000 résidences particulières (1), soit près d’un tiers des maisons ayant fait l’objet d’une telle procédure. Et apparemment, il ne sait pas trop quoi en faire sachant qu’en plus il faut en financer la maintenance de ces maisons. D’ailleurs, il a lancé un appel à contribution (joint plea) pour recueillir des idées sur le sujet. Les mettre en vente exercerait une forte pression à la baisse d’un marché déjà largement déprimé. Selon les indices S&P et Fiserv, le marché est au niveau de 2003 (environ 130) sachant qu’il était monté jusqu’à 190.

 

Read more

La Partners Bank fait faillite : c’est la 100e bancaire cette année

24 octobre124 octobre2La banque Partners basée à Naples en Floride vient  de se déclarer en état de faillite. C’est la centième cette année aux Etats-Unis. Cette banque était modeste avait un total d’actif de 65,5 millions de dollars et de dépôts de 64,9 millions de dollars. La Stonegate Bank basée à Fort Lauderdale reprendra tous les dépôts et presque tous les actifs. Ces statistiques montrent l’ampleur de la crise et la comparaison avec les années antérieures parle d’elle-même. Tous les Etats ne sont pas touchés de la même manière et certains d’entre eux sont particulièrement touchés : Georgie (20 faillites), Illinois (17), Californie (10) et Floride (9).

Read more

Salaires des dirigeants financiers : Plus ça change, plus ça reste pareil !

5 septembre1Plus jamais ça. Ce ne sera plus jamais comme avant. Il faut que la situation change. Il faut assainir. Il faut mettre en place des principes de bonne gouvernance… Que n’avait-on entendu après les faillites et le plan de sauvetage des banques aux Etats-Unis. Barack Obama s’était lui-même fendu de déclarations selon lesquelles il fallait assainir et moraliser les politiques salariales. Il semblerait que toutes ces déclarations, toutes ces bonnes intentions n’aient pas eu d’effet réel. C’est  ce que l’on peut penser en lisant la 16e édition de son rapport « Executive Excess » que vient de publier L’Institute for Policy Studies (IPS) présente les rémunérations des dirigeants des 20 plus grandes sociétés financières américaines (America’s Bailout Barons). Les cadres dirigeants se sont transformés en prédateurs et ceux des sociétés financières ont plutôt excellé dans cet exercice. Quelques chiffres. Les revenus moyens des CEO (Pdg) des 500 entreprises qui composent l’indicateur S&P se sont établis à un peu plus de 10 millions de dollars. Par rapport à 2007, cela correspond à une baisse de 4,4% alors que dans le même temps, les bénéfices baissaient de plus de 10 %. On ne voit donc pas bien le lien qui peut exister entre résultat de l’entreprise et rémunération de ses dirigeants. Ces chiffres font que le rapport entre le revenu de ces CEO et le salaire moyen d’un travailleur américain, il y a un rapport de 1 à 319. Et le rapport entre le revenu des CEO et le salaire minimum s’établit à 740.

Read more

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies