Aller au contenu Skip to footer

Une défaite en novembre est-elle inéluctable pour les démocrates ?

Alors qu’ils n’ont pas la majorité au Congrès, les républicains s’agitent bruyamment pour empêcher les démocrates à l’action. D’autant que ces derniers ont une très courte au Sénat et à la Chambre des représentants. Si les républicains renversaient la majorité dans les deux chambres, même dans l’une d’entre elles, Joe Biden deviendrait alors ce que l’on appelle a lame duck president. Leur première action serait de dissoudre la commission du 6 janvier. Il faut donc espérer que cette dernière ait terminé ses travaux et pour renvoyer Donald Trump à défaut devant les tribunaux mais a minima devant l’histoire. Et certains d’entre eux ont indiqué qu’ils allaient créés leur propre commission pour juger ce qui est à leurs yeux intolérable. A commencer par le docteur Antony Fauci qu’ils détestent sans retenue.

La probabilité que les démocrates perdent le Congrès est élevée. L’institut Gallup vient de fournir de nouveaux éléments qui l’augmentent encore un peu plus. À moins de cinq mois de l’élection par les électeurs de tous les membres de la Chambre des représentants et d’un tiers du Sénat, la majorité démocrate actuelle au Congrès est confrontée à un environnement électoral extrêmement défavorable.

Le parti du président perd généralement des sièges à la Chambre des représentants des États-Unis lors des élections de mi-mandat – une moyenne de 23 depuis 1974. Cependant, 2022 ne s’annonce pas comme une année moyenne. En mai 2022, l’approbation de l’emploi présidentiel et trois autres indicateurs clés nationaux analysés par l’institut Gallup sont bien en dessous des moyennes historiques mesurées au cours des dernières années d’élections de mi-mandat. À eux seuls, ces chiffres prédiraient tous une perte de sièges supérieure à la moyenne pour le Parti démocrate cet automne.

Les dernières données de Gallup, tirées d’un sondage du 2 au 22 mai, révèlent que 41% des Américains approuvent le travail du président Joe Biden, 18% approuvent le travail du Congrès, 16% sont satisfaits de la façon dont les choses se passent aux États-Unis et un déficit de 32 points de pourcentage dans les évaluations positives (14%) par rapport aux évaluations négatives (46%) des conditions économiques actuelles.

Chacune de ces mesures est inférieure d’au moins 10 points à la moyenne historique au moment des dernières élections de mi-mandat. Elles ne vont pas s’améliorer.

Taux d’approbation de l’emploi du président Biden

Les élections de mi-mandat sont largement considérées comme un référendum sur le président sortant, ce qui est justifié par la forte correspondance entre l’approbation globale de l’emploi et la perte de sièges pour le parti du président. Compte tenu de cela, les pertes de sièges au Congrès pour les partis de présidents impopulaires ont été supérieures à la moyenne historiquement, avec une moyenne de 37 depuis 1946.

Le taux d’approbation actuel de 41% de Biden le place au niveau inférieur de tous les taux d’approbation de l’emploi des présidents précédents pris juste avant les dernières élections de mi-mandat. Joe Biden a actuellement le même taux d’approbation que Donald Trump au moment des élections de 2018, lorsque le parti républicain a perdu 40 sièges à la Chambre des représentants, et similaire aux 42% de Ronald Reagan en octobre 1982, avant que les républicains ne perdent 26 sièges. Un seul président, George W. Bush, avait une cote inférieure à celle de Biden aujourd’hui, et sa cote de 38% en novembre 2006 a été associée à une perte de 30 sièges.

Bill Clinton et Barack Obama, ont perdu un nombre encore plus important de sièges à la Chambre en 1994 et 2010, respectivement, avec des taux d’approbation légèrement supérieurs à ceux de Biden aujourd’hui.

Dans les quelques élections où le parti du président a gagné des sièges (1998 et 2002) ou « limité la casse » (1986 et 1990), le président en poste était populaire, avec des taux d’approbation bien supérieurs à 50%. L’exception était 1974, avec l’approbation de l’emploi de Gerald Ford à 54% reflétant davantage sa période de lune de miel dans les mois qui ont suivi son entrée en fonction à la suite de la démission de Richard Nixon en août de la même année. La perte de 43 sièges du GOP était probablement liée à l’impopularité de Nixon (24% d’approbation dans sa dernière note) découlant du scandale du Watergate qui a conduit à sa démission.

Taux d’approbation du Congrès

Les 18% d’Américains qui approuvent le travail du Congrès est le niveau le plus bas mesuré par l’institut Gallup lors d’une élection de mi-mandat. Cependant, il ne serait pas beaucoup plus bas que les taux d’approbation de 20% à 21% pour le Congrès au moment des trois dernières élections de mi-mandat. Le point de vue des Américains sur le travail du Congrès est également largement prédictif de la façon dont le parti du président – sinon aussi le parti majoritaire au Congrès – se comportera à mi-mandat.

En 1994, 2010 et 2018 – toutes les années où le taux d’approbation du Congrès se situait entre 21% et 23% et où le parti du président était majoritaire – le parti au pouvoir a perdu entre 40 et 63 sièges à la Chambre. En 2014, même avec l’approbation du Congrès à 20%, le Parti démocrate n’a perdu que 13 sièges – ce qui s’explique à nouveau par la faible position de départ des démocrates cette année-là, lorsque les républicains de la Chambre étaient majoritaires.  Dans les années où l’approbation du Congrès était significativement plus élevée, le parti du président a subi des pertes minimes ou même gagné des sièges.

Satisfaction de la situation des États-Unis

La satisfaction des Américains sur la situation aux États-Unis est la pire qu’elle ait été dans une année électorale de mi-mandat. Les 16 % actuellement satisfaits sont inférieurs de six points au plancher de mi-parcours précédent – 22 % en 2010.

L’appréciation de la situation économique a tendance à être moins fortement lié aux résultats des élections de mi-mandat que d’autres indicateurs. Les évaluations positives de l’économie en 2006 et 2018 n’ont pas suffi à surmonter les faibles taux d’approbation de l’emploi pour les présidents George Bush et Donald Trump, respectivement, et pour le Congrès, suggérant que les dirigeants politiques étaient évalués sur des facteurs autres que l’économie. Mais même si l’économie est moins corrélée aux résultats des élections de mi-mandat, le fait que les Américains la voient négativement cette année s’ajoutent aux difficultés auxquelles les démocrates vont être confrontés.

Affiliation à un parti

Le choix de vote aux élections est fortement lié aux tendances politiques d’un électeur. Cela depuis que les élections du Congrès sont devenus moins locales et plus nationales. L’affiliation à un parti a été un bon indicateur des résultats des élections de mi-mandat dans le passé parce qu’elle était liée à la partisanerie de l’électorat ou qu’elle était un signe avant-coureur de la façon dont les gens voteraient.

En moyenne, au cours des trois derniers mois, les Américains ont été aussi susceptibles de s’identifier politiquement comme républicains ou de se dire indépendants qui penchent vers le Parti républicain (45%) que de s’identifier comme démocrates ou de pencher démocrates (45%).

Alors que les partis semblent donc être sur un pied d’égalité à l’approche des midterms, les chiffres sont généralement un meilleur signe pour le Parti républicain que pour le Parti démocrate pour deux raisons principales :

Tout d’abord, historiquement, les démocrates ont généralement un avantage sur cette mesure de l’affiliation à un parti. Par exemple, en 2021, les démocrates avaient un avantage de trois points.

Deuxièmement, les électeurs républicains votent plus que les électeurs démocrates.  

Bref, si la situation ne change pas de manière significative ou si aucun événement important ne se produisait (condamnation de Donald Trump par exemple à la suite des travaux de la commission du 6 janvier, les démocrates devraient subit une défaite électorale assez sévère.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies