Aller au contenu Skip to footer

La Bible : parole de Dieu ou fable ?

Aux Etats-Unis, dans chaque chambre d’hôtel, le voyageur pourra trouver une Bible dans le tiroir de sa table de nuit. Et s’il a un peu de chance, il pourra même y trouver le livre de Mormon. C’est là une curiosité qui ne manquera pas de surprendre. Même si cette tradition serait en train de se perdre. Selon l’American Hotel and Lodging Association and hotel STR, 95 % des hôtels proposaient des bibles à leurs clients en 2006, ils ne sont plus que 79 %. C’est la société Gideon International qui a été le principal fournisseur (Pourquoi il y a des Bibles dans les chambres d’hôtel).

Si la Bible tient toujours une place importante dans la société américaine, le rapport au texte sacré évolue assez rapidement. Aujourd’hui, seulement 20 % des Américains pensent que la Bible est la parole littérale de Dieu, contre 24% en 2017, et la moitié de ce qu’elle était à ses sommets en 1980. Inversement, 29% des Américains pensent que la Bible est une collection de « fables, légendes, histoire et préceptes moraux enregistrés par l’homme ».

C’est la première fois que beaucoup plus d’Américains considèrent la Bible comme n’étant pas divinement inspirée que comme la parole littérale de Dieu. Le pourcentage le plus élevé, 49 %, choisit l’alternative intermédiaire, à peu près en ligne avec ce qu’il était les années précédentes.

On ne peut que faire le rapprochement avec l’interprétation que font les Américains de la Constitution. Certains – les tenants du textualisme ou de l’originalisme – pensent qu’ils font comprendre exactement ce que le texte signifie alors que d’autres – les progressistes – considère que son interprétation doit évoluer en fonction du contexte social et de l’évolution des mœurs et de la société.

Le changement d’attitude à l’égard de la Bible n’est pas un phénomène isolé, explique l’institut Gallup. Cela survient alors même qu’un certain nombre d’indicateurs montrent une baisse de la religiosité globale de la population adulte américaine. Ces mesures comprennent le déclin de l’identification formelle à une religion, l’appartenance autodéclarée à une église, la fréquentation autodéclarée d’un service religieux, l’importance personnelle de la religion et un déclin de la croyance en Dieu. Ainsi, il n’est pas surprenant de constater que les points de vue sur la nature de la Bible ont également changé dans une direction moins religieuse. C’est peut-être ce qui pourrait expliquer le raidissement des chrétiens conservateurs et des évangéliques qui n’acceptent pas cette évolution et font tout pour l’empêcher. Un peu comme les suprémacistes blancs qui ne tolèrent pas que la société américaine devienne de plus en plus diverse.

La question de Gallup sur l’alphabétisation biblique est posée à l’ensemble de la population adulte américaine. Cela inclut les personnes qui s’identifient à des religions en dehors de la tradition chrétienne – environ 9% des Américains adultes dans les dernières estimations de Gallup. De plus, l’échantillon comprend ceux qui n’ont aucune identité religieuse spécifique, qui ne croient presque pas tous que la Bible est littéralement vraie.

La majorité des chrétiens américains (58%) disent que la Bible est la parole inspirée de Dieu, mais tout ce qu’elle contient ne doit pas être pris au pied de la lettre, tandis que 25% pensent qu’elle doit être interprétée littéralement et 16% qu’elle est un livre de fables.

Plus précisément, 30% des protestants disent que la Bible est littéralement vraie, contre 15% des catholiques. Près des deux tiers des catholiques choisissent l’alternative selon laquelle la Bible est la parole inspirée de Dieu, mais que chaque mot ne doit pas être pris au pied de la lettre.

La croyance en une Bible littérale est la plus élevée chez ceux qui sont plus religieux et parmi ceux qui ont une éducation moins formelle. Les Américains qui s’identifient comme évangéliques ou nés de nouveau sont beaucoup plus susceptibles que d’autres de considérer la Bible comme littéralement vraie, bien que même parmi ce groupe, le pourcentage croyant en une Bible littérale soit bien inférieur à 50%.

La question de savoir comment interpréter la Bible a été un sujet de débat depuis que les premiers mots de ce qui est devenu l’Ancien Testament ont été écrits des siècles avant la naissance du Christ. Au cours des dernières années, divers chefs religieux et entités religieuses ont adopté des positions sur la Bible qui, selon eux, définissent la vérité et qui, à leur tour, sont devenues une partie intégrante de leur positionnement religieux. La plus importante de ces positions est la croyance que la Bible est inerrante et doit être considérée comme littéralement vraie, une position adoptée dans le cadre du mouvement évangélique dans ce pays au cours des siècles passés et par un certain nombre de dénominations protestantes.

Les interprétations de la Bible par les Américains sont importantes, car la Bible est souvent utilisée comme base pour des positions politiques sur des questions morales et de valeurs, y compris des choses telles que l’avortement et les relations gays et lesbiennes. Certains groupes protestants plus conservateurs utilisent une interprétation littérale de passages du Nouveau Testament comme base de leur croyance que les femmes ne devraient pas occuper des postes de direction religieuse dans les églises. Les données de Gallup montrent que l’utilisation d’une interprétation littérale de la Bible comme base ou justification des positions de politique sociale ne résonnera probablement qu’avec une minorité en déclin de l’ensemble de la population américaine. Le problème est qu’en se réduisant, cette minorité se raidit, prend des positions de plus en plus dures.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies