Aller au contenu Skip to footer

Chronique d’une défaite annoncée ?

Les démocrates vont-ils perdre la majorité au Congrès en novembre prochain ? La question n’est pas nouvelle et se posait dès l’élection de novembre 2020 tant les majorités au Sénat et à la Chambre des représentants étaient réduites : 50-50 à la Chambre haute obligeant la Vice-présidente à intervenir en cas d’égalité pour assurer un vote et 222-213 alors que la majorité est à 218 (Les démocrates peuvent-ils éviter la défaite des midterms ?). Le site PredicIt[1] donne 84 % de chances aux républicains pour reconquérir la majorité à la chambre des représentants, 77 % au Sénat et 72 % dans les deux chambres.

Charlie Cook, éditeur de la lettre The Cook Political Report et politologue reconnue ne donne pas en général de valeur à ce type d’information mais considère que ces prévisions sont assez réalistes. Et il semblerait que les partis républicains et démocrates est déjà intériorisé cette échéance. Le National Republican Congressional Committee[2] a ajouté 10 circonscriptions à sa liste des 72 détenues par des démocrates. Du côté des démocrates, le PAC (Political Action Committee) de la Chambre a réservé plus de 100 millions de dollars en publicité pour l’automne.

Le charcutage à l’œuvre à chaque résultat de recensement créé des plus en plus de districts assez peu concurrentiels, réduisant ainsi les forts mouvements dans un sens ou dans un autre.

Dans un article récent, Amy Walter (How Big Is the House Playing Field?) donne quelques éléments chiffrés sur les résultats de novembre prochain. Depuis 2006 (rappelons que la chambre des représentants est réélu en totalité tous les deux ans et le Sénat par tiers tous les six ans), le parti qui détenait la Maison Blanche a perdu entre 6,5 et 17 points par rapport à l’élection précédente. Ainsi en 2004, les républicains ont gagné la Chambre basse avec une majorité de 2,7 % (50,1 contre 47,4%). Deux ans plus tard, alors que George W. Bush était à la Maison Blanche, les démocrates ont gagné le vote populaire 52,8 contre 44,9% soit un renversement de 11 points qui s’est traduit par un gain de 31 sièges à la Chambre. En 2010, la différence était de 17 points en faveur des républicains pour un gain de 64 sièges. Une débâcle pour Barack Obama et la démocrate comparable à celle de 1994 avec Bill Clinton.

Actuellement le site RealClearPolitics donne une majorité de 3,6 points aux républicains dans un sondage générique (i.e sans donner de noms de candidats), ce qui représente un changement de 6,6 points en faveur des républicains par rapport à 2020 (les démocrates avaient gagné le vote populaire de 3,1 %).

Maintenant, à combien de sièges correspond un déplacement de 6,6 points. La bonne nouvelle pour les démocrates selon Amy Walter, est que seulement 21 circonscriptions donnaient à Joe Biden une majorité inférieure à 7 points mettant en danger les démocrates. Sans entrer dans les calculs qui font les délices des analystes politiques, le résultat est que cet écart de 6,6 points en faveur des républicains leur permettrait de gagner entre 15 et 20 sièges et ainsi de reprendre la majorité à la Chambre des représentants. Si tel était le cas, on peut s’attendre à une politique d’obstruction assez systématique des républicains en préparation des élections de 2024 qui seraient amplifiée s’ils gagnaient aussi la majorité au Sénat.

Dans l’état actuel des choses, Donald Trump et Joe Biden (s’il décidait de se représenter) sont, toujours selon le site PredicIt, les favoris pour la prochaine élection présidentielle. Si tel était le cas, ce serait la 7e fois que l’on assistera à une « revanche » entre deux candidats (voir ci-dessous). Mais Charlie Cook considère qu’il y a peu de chances que cela se produise. Les élections de mi-mandat permettront aux uns et aux autres de mieux se positionner.

Les 7 « revanches » dans l’histoire américaine

  • In 1796, John Adams beat Thomas Jefferson, but four years later, it was Jefferson who prevailed.
  • In 1824, John Quincy Adams bested Andrew Jackson, but Jackson turned the tables in their 1828 rematch.
  • In 1836, Martin Van Buren defeated William Henry Harrison, but Harrison returned the favor four years later.
  • In 1892, Grover Cleveland avenged his defeat by Benjamin Harrison four years before.
  • In the very next pair of elections, between William McKinley and William Jennings Bryan, McKinley won both, marking the first time that occurred.
  • The most recent such event occurred when Dwight D. Eisenhower beat Adlai Stevenson in both 1952 and 1956.

(Source : Treating Politics Like the NCAA Tournament)


[1] PredictIt is a research project of Victoria University of Wellington. In order to take full advantage of the research opportunities presented by prediction markets like PredictIt, we make our data available to members of the academic community at no cost.

[2] Le NRCC « supports the election of Republicans to the House through direct financial contributions to candidates and Republican Party organizations; technical and research assistance to Republican candidates and Party organizations; voter registration, education and turnout programs; and other Party-building activities » (source : Wikipedia)

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies