Aller au contenu Skip to footer

Baisse de l’espérance de vie aux Etats-Unis

C’est la deuxième année consécutive que l’espérance de vie a baissé aux Etats-Unis. Selon le The National Center for Health Statistics (NCHS), la faute est à attribuer au Covid qui a fait plus d’un million de morts mais pas seulement (Provisional Life Expectancy Estimates for 2021).  L’espérance de vie moyenne des Américains a chuté en 2020 et 2021, la plus forte baisse de deux ans en près de 100 ans et un rappel brutal du bilan imposé à la nation par la pandémie de coronavirus continue.

En 2021, l’espérance moyenne de vie était de 76,1, une perte de près de trois ans depuis 2019, lorsque les Américains pouvaient s’attendre à vivre, en moyenne, près de 79 ans.

La réduction a été particulièrement forte chez les Amérindiens et les Autochtones de l’Alaska. L’espérance de vie moyenne dans ces groupes a été raccourcie de quatre ans en 2020.

Le déclin cumulé depuis le début de la pandémie, plus de six ans et demi en moyenne, a porté l’espérance de vie à 65 ans chez les Amérindiens et les Autochtones de l’Alaska – à égalité avec le chiffre de tous les Américains en 1944.

En 2021, le raccourcissement de la durée de vie était plus prononcé chez les Américains blancs que chez les Noirs américains, qui ont connu des réductions plus importantes au cours de la première année de la pandémie.

La pandémie de la Covid a été le principal facteur de la baisse de l’espérance de vie, mais les décès liés aux accidents, de la route notamment, et des surdoses de drogues y ont également contribué, tout comme les décès dus aux maladies cardiaques, aux maladies chroniques du foie et à la cirrhose, selon le rapport du NCHS.

Aucun autre pays développé n’a connu une baisse continue de l’espérance de vie comme les États-Unis et un bon nombre d’entre eux ont vu l’espérance de vie commencer à revenir à la normale. Ces pays ont eu des campagnes de vaccination plus réussies et des populations plus disposées à prendre des mesures comportementales pour prévenir les infections, telles que le port de masques. Les États-Unis font figure d’exception. Concernant la Covid, à ce jour, seulement les deux tiers des Américains sont complètement vaccinés et seulement un tiers ont reçu une injection de rappel.

Mais la Covid n’est pas le seul facteur. Des problèmes de santé de longue date enracinés dans la pauvreté, la discrimination et le faible accès aux soins de santé ont rendu les Amérindiens et les Autochtones de l’Alaska particulièrement vulnérables au virus.

L’espérance de vie moyenne de ces populations est maintenant « inférieure à celle de tous les pays des Amériques, à l’exception d’Haïti.

Les Blancs ont connu la deuxième plus forte baisse de l’espérance de vie moyenne en 2021, une baisse d’un an, à 76,4 en 2021 contre 77,4 en 2020. Les Noirs et les Hispaniques ont été durement touchés en 2020, la première année de la pandémie. L’espérance de vie moyenne des Américains d’origine hispanique a diminué de quatre ans, passant de 81,9 en 2019 à 77,9 ans. Le chiffre pour les Noirs américains a diminué presque autant, de plus de trois ans à 71,5 ans en 2020.

Il s’agit de la plus forte réduction de l’espérance de vie aux États-Unis au cours d’une période de deux ans depuis le début des années 1920, lorsque l’espérance de vie est tombée à 57,2 ans en 1923. Cette baisse peut avoir été liée à des taux élevés de chômage et de suicide au cours d’une récession antérieure, ainsi qu’à une forte augmentation de la mortalité chez les hommes et les femmes non blancs.

Le système de soin américain montre là ses faiblesses et il est accompagné de facteurs tels qu’une mauvaise alimentation et d’un manque d’activité physique; et les facteurs de risque omniprésents tels que le tabagisme, l’accès généralisé aux armes à feu, la pauvreté et la pollution.  .

Le résultat est un fardeau de morbidité élevé chez les Américains et une espérance de vie plus courte par rapport à celle des pays comparables à revenu élevé au cours des deux dernières décennies.

L’augmentation de l’espérance de vie était clairement un signe de progrès. Sa diminution ne peut pas être perçue que par une régression de la société américaine. Emmanuel Todd avait prédit la chute de l’URSS entre autres par la baisse de la natalité. La baisse de l’espérance de vie moyenne des Américains est-il un signe parmi d’autres de la baisse de leadership des Etats-Unis ?

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies