Aller au contenu Skip to footer

Autopsie d’un coup d’état

La prise d’assaut du Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021 était une tentative de coup d’État : « une tentative organisée et illégale d’intervenir dans la transition présidentielle en déplaçant le pouvoir du Congrès de certifier l’élection ». C’est ainsi que le Cline Center for Advanced Social Research (University of Illinois) a qualifié les événements du 6 janvier.

Military Coup, Dissident Coup, Rebel Coup, Palace Coup Foreign-backed Coup, Auto Coup, Forced Resignations, Popular Revolt, Counter Coup, il n’y avait que l’embarras du choix pour caractériser l’initiative prise par Donald Trump pour garder le pouvoir. Le projet Coup d’État du Cline Center a classé la prise d’assaut du Capitole des États-Unis le 6 janvier 2021 à la fois comme une tentative d’auto-coup d’État et comme une tentative de coup d’État dissident, reflétant les activités distinctives des différents acteurs impliqués dans l’événement.

Deux jours après la prise d’assaut du Capitole, le Cline’s Center a initialement publié une déclaration provisoire décrivant les catégories de violence politique qui pourraient être utilisées pour caractériser l’événement. À ce moment-là, les preuves pertinentes à deux des cinq critères du projet de coup d’État n’étaient pas encore évidentes. Le 27 janvier 2021, le Cline’s Center a publié une deuxième déclaration intégrant de nouvelles preuves rapportées dans plusieurs sources d’information, y compris des documents judiciaires et des récits de première main, qui clarifiaient davantage ce qui s’était passé le 6 janvier. La présente déclaration intègre de nouvelles informations supplémentaires qui ont été révélées depuis lors, notamment le témoignage sous serment de nombreux témoins comparaissant devant la Commission de la Chambre des représentants des États-Unis chargé d’enquêter sur l’attaque du 6 janvier.

Le Cline’s Center définit un coup d’État comme un « effort organisé pour effectuer une destitution soudaine et irrégulière (par exemple, illégale ou extra-légale) de l’autorité exécutive en place d’un gouvernement national, ou pour déplacer l’autorité des plus hauts niveaux d’une ou plusieurs branches du gouvernement ». Pour être catégorisé comme un coup d’État, un événement doit répondre aux critères suivants (qui sont détaillés plus en détail dans le livre de code du projet Coup d’État) :

  1. Il doit y avoir une ou plusieurs personnes qui ont initié le coup d’État.
  2. La cible du coup d’État doit avoir un contrôle significatif sur la politique nationale.
  3. Il doit y avoir une menace crédible à l’emprise des dirigeants sur le pouvoir.
  4. Des moyens illégaux ou irréguliers doivent être utilisés pour saisir, éliminer ou rendre impuissante la cible du coup d’État.
  5. Il doit s’agir d’un effort organisé.

Ces événements se répartissent en trois catégories. Les coups d’État planifiés mais contrecarrés avant que des mesures ne soient prises sont des complots de coup d’État. Une fois que l’action est prise contre une cible, elle peut échouer, auquel cas il s’agit d’une tentative de coup d’État. Si l’autorité d’une cible est saisie ou supprimée, c’est un coup d’État réussi.

Les 5 critères d’un coup d’état
To satisfy this definition, the following criteria must be met:
1. Initiating actor(s): There must be an actor or group of actors initiating the event.
2. Incumbent Targets: Actors targeted for removal may include any incumbent that exercises control over national policy. Primary targets of a coup are individuals or groups that command executive authority, including presidents, prime ministers, dictators, members of an established executive collective (rotating presidency, collective executive councils, juntas, single-ruling party systems), and so on. Coups may also target the authority of non-executive branches of government, provided that they have meaningful control over policy.
3. A threat to leaders’ hold on power: A relevant coup event must be a credible, short-term, and direct threat to an incumbent leader or leaders.
4. Irregular Means: Initiators must use irregular means to seize, remove, or render powerless the incumbent target. Typically, this is done by the threat or use of coercion or force. Some events involve violence, but coups may also be bloodless. Some relevant events are auto-coups, in which a chief executive uses irregular means to seize or dismantle competing centers of state power, including legislative and judicial authorities with influence over national policy. Relevant non-executive targets are limited to formal branches of national government and can include legislative leadership and high-ranking members of official judicial bodies. Constitutionally legitimate leadership changes, including impeachments, no confidence votes, and resignations triggered by a loss of popular support are regular removals, and are not coup events.
5. Organized effort: There must be an organized effort (whether successful or unsuccessful) that leaves the incumbents in a titular, de jure position of power subordinated to a higher authority (a military junta or supervisory council) that is the de facto executive leadership.

Les observateurs qui regardaient en direct l’événement du 6 janvier pouvaient observer que la prise d’assaut du Capitole américain répondait clairement aux trois premiers critères : une ou plusieurs personnes représentaient une menace crédible pour le pouvoir du pouvoir législatif de déterminer la politique nationale. Cependant, il n’était pas clair à ce moment-là si les attaquants essayaient simplement de perturber le processus de gouvernement ou tentaient de changer qui contrôle le gouvernement. Il n’était pas clair non plus si l’assaut sur le Capitole était spontané ou avait été organisé à l’avance. À la fin de janvier 2021, les chercheurs du Cline Center examinant des rapports volumineux sur l’événement, y compris des documents officiels, des citations de participants et l’analyse de détails dans des vidéos et des images, ont conclu que ces preuves supplémentaires démontraient clairement que les deux critères restants étaient également remplis.

Le cinquième critère de catégorisation des coups d’État exclut les actes purement spontanés qui ne sont pas intentionnellement organisés à l’avance. Il est clair que ceux qui se sont rassemblés le 6 janvier possédaient une variété de motivations et d’attentes. Ceux qui ont pris d’assaut le Capitole des États-Unis – ainsi que ceux qui se sont simplement joints aux manifestations pacifiques qui l’ont précédé – comprenaient un mélange diversifié de groupes et d’individus non affiliés. Mais un ou plusieurs des groupes dans les rangs de ceux qui sont entrés dans le bâtiment du Capitole s’étaient soigneusement planifiés, équipés et organisés pour une action violente.

Le rassemblement « Save America March » qui a immédiatement précédé l’attaque contre le Capitole des États-Unis était axé sur le changement du résultat de l’élection présidentielle américaine de 2020. Cela seul ne signifie pas que les personnes qui ont pris d’assaut le bâtiment avaient l’intention de perturber temporairement les opérations normales du Congrès américain.

Les chercheurs du Cline Center ont porté une attention particulière aux preuves qui pourraient clarifier les intentions des personnes impliquées dans l’assaut du Capitole des États-Unis. Ils ont conclu à partir de rapports accessibles au public qu’un ou plusieurs groupes ont tenté d’intervenir dans la transition présidentielle afin de prolonger le mandat du président Trump au-delà de la limite constitutionnelle du 20 janvier 2021. De nombreuses preuves ont démontré qu’un ou plusieurs groupes dans les rangs de ceux qui sont entrés illégalement dans le Capitole avaient l’intention d’usurper l’autorité du Congrès pour certifier l’élection, s’arrogeant le contrôle de la transition à eux-mêmes ou au pouvoir exécutif. Cela changerait qui contrôle le gouvernement fédéral, plutôt que de simplement perturber le processus de gouvernance.

Si un acte d’insurrection manqué a été planifié, organisé et mis en œuvre de telle manière qu’il constituait une menace crédible à court terme de renversement de l’autorité légitime d’une branche décisionnelle du gouvernement national, il s’agit d’une tentative de coup d’État selon les définitions du Cline Center. Mais le type de tentative de coup d’État dépend de ses circonstances et de ses initiateurs. Au moment d’écrire ces lignes, le Cline Center a conclu que les preuves disponibles soutiennent deux types de classification des événements pour l’assaut du 6 janvier sur le Capitole des États-Unis.

Certains des groupes et des individus connus pour avoir organisé et planifié cette tentative de coup d’État entrent clairement dans la catégorie des « coups d’état dissidents ». Dans la typologie du Cline Center, un coup d’État dissident est initié par un petit groupe de mécontents qui peuvent inclure d’anciens responsables gouvernementaux, des chefs religieux, des propriétaires d’entreprises ou des civils.

Les enquêtes en cours menées par des membres du Congrès américain, des autorités judiciaires et des organes de presse ont révélé des preuves supplémentaires crédibles que le président Trump était activement impliqué dans la tentative de déplacer l’autorité du pouvoir législatif, ce qui fait également des événements du 6 janvier une tentative « d’auto coup d’État ».   

Les différents coups d’état selon le Cline Center
Military Coup
Coups initiated by military actors who are not a formal part of the governing apparatus (i.e., a military junta). This category does not include security forces, police, or retired/former officers because these groups/people are not part of the military or no longer in the active military.
Dissident Coup
Coups initiated by a small group of discontents to include ex-military leaders, religious leaders, former government leaders, members of a legislature/parliament, and civilians. This category does not include security forces or police as they are organized arms of the government.
Rebel Coup
Coups initiated by organized, militarized groups that have broken with the existing government and are actively contesting government forces.
Palace Coup
Coups initiated by members of a faction within the existing government (i.e., ministers, cabinet members, or other high-ranking people in the executive branch). This does not include members of the legislature/parliament. This category can include military personnel if they are members of a ruling military junta.
Foreign-backed Coup
Coups with a foreign power as the force behind the event. In many instances the foreign power works in collaboration with a set of domestic actors to remove the incumbent leader and install a government more sympathetic to its interests.
Auto Coups
Coups where the existing chief executive takes extreme measures to eliminate, or render powerless, other components of the government (legislature, judiciary, etc.). It also includes situations where the chief executive simply assumes extraordinary powers in an illegal or extra-legal manner (i.e., goes beyond extraordinary measures included in the country’s constitution, such as declaring a state of emergency).
Forced Resignations
A soft coup where there is no formal deposing of the chief executive. Instead, the chief executive resigns from his or her position under the imminent threat of illegal or extra-legal removal. If the threat of removal is through legal means spelled out in the constitution, it is not a forced resignation (i.e., President Nixon’s resignation in 1974).
Popular Revolt
An irregular regime change driven by widespread popular dissatisfaction expressed through large-scale civil unrest. An event falls into this category if a large-scale popular rebellion overthrows existing leader, forces their resignations, or elites use irregular means to force leadership changes to conciliate the populace. It is not a popular revolt if elites overthrow incumbents they consider “soft” on dissent to facilitate a crackdown.
Counter Coup
A coup where the newly installed, post-coup leadership is removed by members of the prior regime within one month of the preceding, realized coup.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2023. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies