Aller au contenu Skip to footer

Une majorité d’Américains d’accord pour taxer les riches… modérément

Les appels à une hausse des impôts pour les Américains les plus riches ont été une partie importante de la campagne présidentielle du président Joe Biden en 2020.

L’intérêt de l’administration à augmenter les impôts des riches s’est poursuivi depuis l’entrée en fonction de Biden, y compris la loi récemment proposée sur l’impôt minimum sur le revenu des milliardaires qui obligerait les ménages américains les plus riches à payer un minimum de 20% sur l’ensemble de leurs revenus.

Mais la loi Inflation Reduction Act qui vient d’être votée n’apporte aucun changement direct des taux d’imposition pour les riches Américains – ou tous les Américains d’ailleurs. Comme l’a noté un rapport de The Hill , la nouvelle législation « omet la plupart des propositions du président Biden visant à tirer davantage de revenus gouvernementaux des riches contribuables. L’augmentation des taux d’imposition sur le revenu des particuliers pour les personnes à revenu élevé, l’augmentation de l’impôt sur les successions, l’augmentation des impôts sur les gains en capital comme les actions et les biens immobiliers, un impôt sur les milliardaires, un plan visant à renforcer l’impôt net sur le revenu des placements et une surtaxe sur les ménages à revenu élevé, autant de mesures qui ont été abandonnées.

Toutefois, certaines des dispositions de la nouvelle loi affecteront sans aucun doute indirectement les impôts des riches. La loi a alloué de nouveaux fonds à l’IRS (service des impôts) pour une chasse plus efficace de la fraude. Au grand dam des élus républicains pour qui toute hausse d’impôts est insupportable. L’augmentation des impôts sur les sociétés peut avoir une incidence sur ceux qui sont propriétaires d’actions. Il s’agit généralement de personnes à revenu élevé, bien que les régimes 401 (k) et les augmentations de salaire des travailleurs moyens puissent également être affectés. Et d’autres sociétés touchées par le projet de loi affirment que leur fardeau fiscal accru sera répercuté sur les contribuables.

Mais dans l’ensemble, les contribuables riches, pour la plupart, ont été épargnés par les augmentations spécifiques ou directes des impôts initialement envisagées par les élus démocrates.

Les Américains ont tendance à être plus susceptibles qu’autrement de favoriser des impôts plus élevés pour ceux qui ont des revenus élevés. Ce que montre l’institut Gallup dans une note récente (Average American Remains OK With Higher Taxes on Rich).

À titre d’exemple, Gallup vient de mettre à jour une question classique sur les impôts des riches. Cette question a été posée pour la première fois par Fortune en 1939 – à la fin de la dépression. À ce moment-là, il y avait des taux records de chômage et de pauvreté. On pourrait supposer que les Américains auraient été très heureux d’accepter que les riches soient lourdement taxés. Mais en fait, ils ne l’étaient pas. Dans ce sondage de 1939, malgré les conditions économiques difficiles, seulement 35% des Américains approuvaient l’idée, tandis que 54% désapprouvaient.

Lorsque Gallup a de nouveau posé la question en 1998, une faible majorité de 51% a désapprouvé. En 2008 et 2011, le public a désapprouvé par de légères marges. Mais dans les enquêtes menées en 2013, 2015, 2016 et en juillet de cette année, de faibles majorités ont approuvé l’idée de lourds impôts sur les riches afin de redistribuer la richesse. Les derniers résultats sont 52% approuvent, 47% désapprouvent. Les Américains ont tendance à être d’accord avec l’idée que ceux qui ont plus d’argent devraient payer encore plus d’impôts qu’ils ne le font maintenant.

Sans surprise, les démocrates sont beaucoup plus susceptibles que les républicains de favoriser de lourdes taxes sur les riches. Environ sept démocrates sur 10 ont soutenu des impôts plus lourds sur les riches chaque fois que la question classique de Gallup a été posée depuis octobre 2008. Cela se compare à un tiers ou moins de républicains. Dans la mise à jour de juillet, 79% des démocrates soutiennent l’idée de lourdes taxes sur les riches; 24% des républicains sont d’accord. L’écart partisan observé depuis octobre 2008 est légèrement plus important qu’il ne l’était en 2007 et en avril 2008.

Gallup interroge le public depuis de nombreuses années sur le fardeau fiscal imposé à divers segments de la société. La question de Gallup donne aux Américains le choix de dire que chaque segment paie sa juste part, trop ou trop peu. À une exception près, au moins six Américains sur 10 depuis plus d’un quart de siècle ont convenu que les Américains à revenu élevé paient trop peu d’impôts. Cela inclut 62% dans la dernière mise à jour de Gallup en 2018.

En 2016, plus de la moitié des Américains ont déclaré que « l’argent et la richesse dans ce pays devraient être répartis plus équitablement entre un plus grand pourcentage de la population ». Des réponses similaires ont été obtenues chaque fois que la question a été posée depuis 1985.

Bien que les pourcentages spécifiques varient, les résultats généraux sont si cohérents qu’un titre de Money il y a quelques années proclamait, bien qu’avec une certaine hyperbole, « La plupart des Américains veulent que les riches paient des impôts plus élevés, selon every poll everywhere ».  L’idée de réduire l’écart entre les revenus les plus élevés et les revenus les plus faibles, en bref, est acceptée par une majorité d’Américains. Plus de six Américains sur 10 sont insatisfaits de la façon dont les revenus et la richesse sont distribués aux États-Unis Près des trois quarts s’inquiètent de la question, 46% disant qu’ils s’inquiètent beaucoup.

Il est cependant difficile de trouver des preuves que la réduction des inégalités se traduit par une priorité absolue pour les Américains. Un nombre négligeable d’Américains mentionnent l’inégalité des revenus ou de la richesse comme le problème le plus important auquel la nation est confrontée. Cela, alors même que les inégalités se sont considérablement creusées depuis une quarantaine d’années.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies