Aller au contenu Skip to footer

Politique, statistiques et manipulation

Nate Silver est un statisticien connu pour ses prévisions des matchs de base-ball et qui applique depuis plusieurs sa discipline à la politique et notamment aux résultats des élections. Ses résultats parlent pour lui. En 2008, ses prédictions se sont avérées exactes dans 49 états sur 50. Au 2 novembre, son modèle publié sur son blog FiveThirtyEight hébergé sur le New York Times donne à Barack Obama plus de 80 % de chance de gagner, en augmentation de 7 points depuis le 25 octobre.

Invité par Jon Stewart à la mi-octobre à l’occasion de son livre The signal and the noise, il explique les possibilités qui sont désormais offertes aux responsables de campagnes électorales pour cibler aux mieux les citoyens qui comptent plus que d’autres.

Devant le vote, à quoi sert un démocrate ou un républicain convaincu ? A rien car rien ne fera changer son avis. Ce qui est intéressant, c’est ce qui est indécis tant au niveau individuel qu’à celui des états. On le voit bien actuellement avec l’Ohio qui est devenu le centre de la Terre. Et avec l’informatique et les énormes quantités dont on dispose, un électeur de l’Ohio compte cent fois plus qu’un électeur de l’état de New York. Les possibilités de micro-ciblage sont désormais énormes. D’ici à l’élection, les deux candidats vont aller tous les jours dans cet état. Ce qui est préoccupant c’est que cela se traduit aussi sur  les idées et les thèmes de campagne. Les candidats les sélectionnent en fonction des cibles et des situations pour être élu à tout prix plutôt qu’en fonction de leur conviction. C’est un problème qui est posé à la démocratie et qui va s’accentuer de plus en plus.Les trois parties de l’interview ci-dessous

 

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies