Aller au contenu Skip to footer

Petite histoire de l’inflation américaine

Dans le triplé des insatisfactions poussées par les républicains à l’occasion des élections de mi-mandat, l’inflation venait en premier aux côtés de la criminalité et de l’immigration. Que ne l’ont-ils redit et répétés, en mettant la faute exclusivement sur Joe Biden et les démocrates (que l’inflation soit un phénomène mondial ne les a pas vraiment affectés dans leur jugement) et sans vraiment expliquer ce qu’il fallait faire, à par baisser les impôts, recette miracle qui peut quasiment s’appliquer à tous les problèmes.

Les États-Unis ont connu toutes sortes de taux d’inflation depuis que le gouvernement a établi l’indice des prix à la consommation vers le début du siècle dernier. Les taux ont varié de près de 24% en 1920 à -16% en juin 1921 – les deux se sont produits pendant la récession qui a suivi la Première Guerre mondiale. Cependant, depuis l’année de référence 1914, il n’y a eu que cinq périodes où l’inflation a dépassé 10 % pendant une période prolongée, la plus récente s’étant produite pendant une période prolongée de la fin des années 1970 au début des années 1980. C’est ce que rappelle l’institut Gallup dans une note récente (Gallup Vault: Americans’ Reaction to Record Inflation) visant à présenter la réaction des Américains face à cette question en divisant les cent dernières années en quatre grandes périodes.

Alors, comment les Américains ont-ils réagi à l’hyperinflation historiquement? Cette revue examine les quatre épisodes qui se sont produits à l’époque des sondages Gallup, depuis les années 1930.

Inflation de l’époque de la Seconde Guerre mondiale

La hausse des prix a peut-être été dans l’esprit des Américains lorsque l’inflation a atteint 10% en novembre 1941, contre 1% ou moins au début de l’année. Mais seulement 4% des adultes en novembre ont mentionnée le coût élevé de la vie comme le « problème le plus important pour le pays aujourd’hui ». Naturellement, la grande majorité des réponses portaient sur des aspects de la Seconde Guerre mondiale juste avant l’entrée en guerre des États-Unis après l’attaque japonaise de Pearl Harbor en décembre.

L’inflation n’était évidemment pas non plus une préoccupation majeure de l’institut Gallup à cette époque, car aucun sondage ne l’avait retenu jusqu’en septembre 1942, lorsque Gallup demanda : « Qui ou quoi pensez-vous est le plus à blâmer pour l’augmentation des prix des denrées alimentaires ? » Les hommes d’affaires qui profitent tout au long de la chaîne d’approvisionnement (tels que les « grossistes », les « intermédiaires » et les « détaillants ») ont pris la majeure partie du blâme, mentionné par 22%, suivi par 13% citant les augmentations de salaire ou le coût élevé de la main-d’œuvre, 12% citant la guerre en général et 8% citant la pénurie de nourriture due à la guerre.

En 1943, l’institut a demandé aux Américains s’ils savaient quelles mesures le gouvernement proposait pour arrêter l’inflation (54% ont répondu oui), puis a interrogé ces répondants pour savoir quelles étaient certaines de ces mesures. Le contrôle des prix imposés par le gouvernement était cité en premier (63 %), suivi de la vente d’obligations de guerre (24 %) et de l’instauration de plafonds salariaux (17 %). Au moins 10% ont mentionné les taxes, le rationnement et la formation de l’Office of Price Administration ou OPA.

La recette de l’inflation d’après-guerre

Le contrôle des salaires et des prix par le gouvernement a finalement permis de contenir l’inflation pendant la Seconde Guerre mondiale, mais après la guerre, la combinaison de la demande des consommateurs, des pénuries d’approvisionnement et de la fin du contrôle des prix en temps de guerre a entraîné une autre période de forte inflation. L’inflation est passée de 2,2% en janvier 1946 à 18,1% à la fin de l’année et a culminé à 19,7% en mars 1947 avant de redescendre.

A ce moment-là, l’institut a de nouveau posé la question sur qui était responsable de la hausse des prix. Les Américains n’ont blâmé aucun facteur en particulier, mais ont plutôt réparti le blâme sur eux-mêmes (13%), l’OPA (12%), les grandes entreprises (11%), les fonctionnaires du gouvernement (11%), les organisations syndicales (10%), l’administration Truman (9%) et le Congrès (8%).

En novembre 1947, Gallup demanda aux Américains si le gouvernement devait rétablir le rationnement et le contrôle des prix de certains produits pour contrôler l’inflation et trouva le public penchant en faveur de ces outils économiques de guerre : 50% contre 42%.

Apprendre à connaître la stagflation

Non seulement l’inflation a atteint deux chiffres en 1974, mais en décembre, le chômage avait atteint 7 % et le PIB se contractait. Les raisons de cette situation baptisée par les économiques de stagflation étaient nombreuses, y compris une pénurie d’énergie. Mais lorsqu’on leur a demandé en juin 1974 qui était le plus responsable de l’inflation, près de la moitié des Américains (47%) ont blâmé le gouvernement, tandis que beaucoup moins ont tenu les entreprises (17%) ou les travailleurs (18%) responsables.

Pour la première fois, en août 1974, l’institut Gallup a également sondé comment l’inflation affectait la vie des gens, révélant ainsi que 69% des Américains avaient déjà réduit leurs dépenses en conséquence. Parmi ces réductions : 55 % ont déclaré avoir dépensé moins pour la nourriture, 21 % pour les vêtements, 16 % pour l’essence et 18 % pour « tout ».

Le président Richard Nixon a démissionné à la suite du scandale du Watergate en août 1974, alors que l’inflation approchait les 12%, laissant ainsi son successeur, Gerald Ford, s’en occuper. Ce dernier s’est attelé à la tâche en, proposant son plan « Whip Inflation Now » dans un discours au Congrès le 8 octobre de la même année. Parallèlement à une foule de changements de politique, le plan de Ford appelait les Américains à dépenser moins en biens et en énergie, en espérant que cela refroidirait le côté demande de l’équation de l’inflation.

À peine un quart des Américains pensaient que les propositions de Ford pour faire face à l’inflation étaient suffisantes – soit en disant qu’elles étaient à peu près justes (21%) ou même qu’elles allaient trop loin (7%). Une légère (52%) pensait qu’ils n’allaient pas assez loin.

Pourtant, Gallup a constaté que les Américains étaient largement disposés à faire leur part, avec entre 55% et 88% déclarant qu’ils seraient prêts à faire chacun des six sacrifices différents pour lutter contre l’inflation. Le soutien le plus élevé était en faveur de l’achat d’un plus grand nombre d’aliments de base et de moins d’aliments emballés et transformés, tandis que le soutien le plus faible était en faveur d’une réduction de salaire de 15 %.

En 1975, l’inflation avait légèrement diminué, mais le chômage était toujours élevé, générant beaucoup de débats sur le problème économique que le gouvernement (en particulier la Réserve fédérale) devrait régler en priorité. Les Américains étaient également divisés sur cette question, 46% souhaitant que le gouvernement accorde plus d’attention à la réduction de l’inflation et 44% à la réduction du chômage.

La stagflation s’est intensifiée

Au milieu de 1978, le pays était en proie à une combinaison inhabituelle d’inflation élevée et de chômage élevé à la suite de la récession de 1973-1975. Cet automne-là, le président Jimmy Carter, qui avait été élu en 1976, annonça son propre plan anti-inflation, mais seulement un tiers des Américains (32%) qui avaient entendu son discours pensaient que son plan réussirait.

En effet, l’inflation a continué d’augmenter au cours de l’année suivante. Elle a atteint 14,8% en mars 1980, son plus haut niveau cette année-là, date à laquelle seulement 31% des Américains avaient confiance dans le programme économique du président démocrate. Les autres pensaient que ses politiques exacerberaient l’inflation (38%) ou ne feraient aucune différence (19%), ou étaient incertains (13%).

À l’approche de l’élection présidentielle de 1980, les Américains ont exprimé plus de confiance dans le candidat républicain Ronald Reagan que dans Jimmy Carter pour gérer l’inflation, et la position de Reagan n’a fait que s’améliorer au fur et à mesure que la campagne progressait. En octobre 1980, Reagan mena Carter de 42% à 25%, le candidat américain estimant qu’il ferait le meilleur travail de réduction de l’inflation.

Jimmy Carter avait choisi de ne pas participer au premier débat présidentiel de 1980, alors que l’inflation était de loin le principal problème que les électeurs inscrits voulaient que Reagan et le candidat indépendant John Anderson abordent dans ce forum, mentionné par 51%. Les affaires internationales arrivaient loin derrière, avec 17 %.

Une forte inflation a suivi l’arrivée au pouvoir de Reagan, enregistrant encore plus de 11% au début de 1981. Conformément à ses taux d’approbation globaux de la lune de miel dans les années 60, l’approbation de la gestion de l’inflation par Reagan a atteint 58% au premier trimestre. Cependant, le scepticisme du public à l’égard de l’inflation était tel que seulement 24% pensaient que l’inflation diminuerait d’ici la fin de l’année.

En octobre de la même année, alors que l’inflation était toujours à 10%, moins de la moitié des Américains (46%) pensaient qu’il était probable que le programme économique de Reagan réduirait considérablement l’inflation, même en 1984.

En fait, en décembre 1981, l’inflation est tombée en dessous de 9% pour la première fois en plus de trois ans, et en novembre 1982, elle était tombée en dessous de 5%, mettant ainsi fin à ce que l’on a appelé la Grande Inflation.

Pendant ce temps, le pourcentage d’Américains citant l’inflation lorsqu’on leur a demandé de nommer le problème le plus important auquel le pays est confronté est passé de 52% en octobre 1981 (le premier que Gallup a enregistré l’inflation comme un seul problème dans sa tendance du problème le plus important) à 18% en avril 1983 et 7% en octobre 1985.

L’inflation elle-même est depuis restée inférieure à 10%, y compris en 2022, lorsqu’elle a atteint un pic de 9,1% en juin. Bien que l’inflation soit descendue à 7,7% en octobre, les mentions de l’inflation comme le problème le plus important ce mois-là ont atteint leur plus haut niveau en 40 ans de 20%.

Maintenant, la question pour 2024 est de savoir qui, des démocrates ou des républicains, sont les mieux placés pour gérer les questions économiques. Un rapide retour en arrière semblerait montrer que les premiers sont mieux placés que les seconds (U.S. economic performance under Democratic and Republican presidents)

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies