Aller au contenu Skip to footer

Ms. Teeshee goes to Washington

Avec l’esclavage, la destruction des nations indiennes constitue l’un des deux péchés originels des Etats-Unis. Le traité de New Echota de 1835, signé par le président de l’époque, Andrew Jackson, et ratifié par le Sénat, promettait un délégué de la Chambre sans droit de vote à la nation indienne. Le traité a ensuite forcé la nation Cherokee à se rendre en Oklahoma, après avoir quitté leurs terres ancestrales du Tennessee, de l’Alabama et de la Géorgie. Environ 4 000 personnes sont mortes en cours de route. Ce traité, qui n’a jamais été honoré, n’avait pas de terme et donc il est toujours d’actualité. Dans ce contexte, a nation Cherokee lance une campagne pour forcer le Congrès à siéger un délégué de la Chambre des représentants des États-Unis sans droit de vote.

Kim Teehee, un citoyen de la nation, a été nommé premier délégué de la tribu en 2019 par le chef principal Chuck Hoskin. Si elle était ainsi accepté comme délégué, Kim Teehee serait en mesure de prononcer des discours à la Chambre et de voter en commission, mais elle n’aurait pas la capacité de voter sur la législation finale.

La campagne vidéo que vient de lancer les Cherokees rappelle l’histoire du traité et des citoyens de la nation Cherokee. La vidéo fait partie de la page de mobilisation de la campagne cherokeedelegate.com. « L’obligation de siéger un délégué de la nation Cherokee est contraignante aujourd’hui comme elle l’était en 1835 », explique Chuck Hoskin.

Les tribus amérindiennes Cherokee et Navajo figurent parmi les plus importantes, avec un effectif d’environ 400 000 personnes chacune, et elles ont la possibilité de voter aux élections locales, étatiques et fédérales.  

Les Cherokees font partie de ce que l’on appelle les « cinq tribus civilisées », puis seulement les « cinq tribus » (le mot civilisé étant totalement inapproprié) qui habitaient dans le Sud-Est et qui ont été obligées de quitter leurs terres pour aller s’installer dans des réserves en Oklahoma : les Cherokees, les Chicachas, les Chactas, les Creeks et les Seminoles. Après une certaine résistance, les Cherokees ont fait preuve d’une grande adaptation dans l’adoption des mœurs et à la culture des Européens. Un de leur membres, Sequoyah « s’ingénia à graver sur des écorces, un système pictographique puis syllabique qui, en 85 signes, formera la base de l’écriture Cherokee ».

En 1827, ils rédigèrent une Constitution, un système judiciaire et toute une architecture institutionnelle. S’engage alors une confrontation avec les blancs qui se place sur le terrain juridique. La doctrine de nations domestiques les priva de leur principal argument légal. A partir de 1830, la loi du Removal Act votée par le Congrès fut le moteur de la politique de déportation menée par Andrew Jackson. C’est ainsi que 15 000 Cherokees furent contraints de quitter leurs terres de Géorgie pour aller dans des réserves de l’Oklahoma. 4000 moururent sur ce que l’on appela la « Piste des larmes » (At Least 3,000 Native Americans Died on the Trail of Tears).

_______________________
Tribune de Chuck Hoskin Jr. dans The Oklahoman

Chef Cherokee : On a promis à nos ancêtres un délégué à la Chambre. Les traités sont importants.

Alors que nous nous réunissons pour célébrer la 70e fête nationale annuelle Cherokee cette semaine, nous sommes conscients des contributions que nos citoyens ont apportées à ce grand pays, ainsi que de la douleur et des sacrifices que nous avons enduré au fil des ans de ses mains. En 1835, le gouvernement américain et la nation Cherokee signent le traité de New Echota. Cet accord, forgé entre deux nations souveraines, a forcé nos ancêtres à abandonner leur patrie et à se déplacer vers l’ouest sur la piste des larmes.

Des milliers de vies ont été perdues. Notre nation a été presque détruite. Aujourd’hui, on se souvient de ce moment de l’histoire pour la douleur et l’injustice qu’il a causées, et comme un exemple de la façon dont l’Amérique a souvent échoué à être à la hauteur de ses idéaux fondateurs.

Ce qui n’est pas aussi connu, cependant, c’est le même traité qui a conduit à la Piste des larmes a également promis à la nation Cherokee le droit à un délégué à la Chambre des représentants des États-Unis. L’article 7 du Traité de New Echota est limpide : la nation Cherokee « aura droit à un délégué à la Chambre des représentants des États-Unis chaque fois que le Congrès le prévoit ».

Le Traité de la Nouvelle Echota n’a pas de date d’expiration. L’obligation de siéger à un délégué de la Nation Cherokee demeure aussi contraignante aujourd’hui qu’en 1835.

Nos ancêtres ont accepté ce traité. Le Sénat l’a ratifié. Le président Andrew Jackson l’a promulguée. Il ne reste plus qu’au Congrès de s’attaquer à cette injustice de longue date et de siéger enfin au délégué de la nation Cherokee.

Les traités sont importants. Il y a tout juste deux ans, dans son arrêt historique McGirt c. Oklahoma Decision, la Cour suprême des États-Unis nous a rappelé à tous ce principe, lorsqu’elle a statué que les traités conclus entre les États-Unis et la nation Muscogee (Creek) au 19ème siècle restent la loi du pays aujourd’hui. Comme l’a écrit le juge Neil Gorsuch : « Par conséquent, bon nombre des arguments dont nous sommes saisis aujourd’hui suivent un schéma tristement familier. Oui, des promesses ont été faites, mais le prix à payer pour les tenir est devenu trop élevé, alors maintenant nous devrions simplement fermer les yeux. Nous rejetons cette pensée. »

L’un de mes premiers actes en tant que chef principal a été de nommer Kim Teehee pour servir en tant que tout premier délégué de la tribu. Elle a été confirmée à l’unanimité pour le siège par le Conseil de la Nation Cherokee.

Teehee est largement respecté dans les communautés tribales à travers le pays et parmi les décideurs de Washington, D.C. En tant que toute première conseillère politique principale du président Barack Obama pour les affaires amérindiennes au Conseil de politique intérieure de la Maison-Blanche, elle a travaillé avec des agences fédérales pour élaborer et mettre en œuvre des politiques axées sur un large éventail de questions pour le pays indien. Teehee a guidé le soutien de l’administration à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et a dirigé les efforts de la loi de 2013 sur la violence à l’égard des femmes visant à tenir tous les auteurs de violence domestique responsables de leurs crimes contre les femmes amérindiennes, comblant ainsi un vide juridictionnel dans le pays indien. Teehee a également joué un rôle clé dans les conférences des nations tribales de la Maison Blanche.

Au Congrès, elle sera une voix puissante représentant le gouvernement de la Nation Cherokee et toutes les nations tribales souveraines pour obtenir des résultats pour les peuples autochtones à travers les États-Unis.

Pour qu’elle ait cette possibilité, la Chambre doit prendre des mesures pour siéger au délégué qu’on nous a promis. Avec le temps qui s’écoule avant la fin de ce Congrès, les citoyens de la Nation Cherokee devraient faire entendre leur voix en appelant, en écrivant ou en envoyant un courriel à nos représentants élus et en leur faisant savoir que le temps est venu pour le Congrès de respecter son obligation de faire siéger un délégué de la Nation Cherokee.

Ce sera beaucoup plus qu’un geste symbolique d’expiation. Cela fera une différence tangible dans la vie des Cherokees et de tous les Autochtones en veillant à ce que nous ayons une place à la table au fur et à mesure que des lois et des politiques importantes seront élaborées. C’est pourquoi les tribus et les organisations tribales à travers le pays soutiennent cet effort important. En modifiant fondamentalement la relation entre le gouvernement américain et les Amérindiens pour le mieux, et en asseyant un délégué de la nation Cherokee, nous pouvons créer un avenir meilleur – économiquement, culturellement et politiquement – pour nous tous.

Le moment est venu. Le Congrès doit maintenant tenir la promesse qui a été faite à nos ancêtres il y a des années.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies