Aller au contenu Skip to footer

Lock her up, lock him up and slitting throats

Lock her up ! Combien de fois Donald Trump a-t-il directement ou indirectement, via sa base, utilisé cette formule. Maintenant, que la roue de la justice a tourné et que c’est Donald Trump qui pourrait aller derrière les barreaux…

Mais dans l’escalade de la violence du langage politique, les républicains sont plutôt actifs. Témoin, la dernière salve de Ron DeSantis qui déclare qu’il commencera à « slitting throats on day one to the Deep State and Bureaucracy People » dès qu’il sera à la Maison Blanche (vidéo à 6’21’’).

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2023. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies