Aller au contenu Skip to footer

Dans l’attente des auditions de la Commission du 6 janvier

Voilà de nombreux mois que la Commission du 6 janvier travaille sur les événements qui ont abouti à l’attaque du Capitole le 6 janvier 2021, une première depuis 1814 lorsque les Anglais avait envahi l’édifice et l’incendièrent. Cette Commission, que les républicains considèrent illégitime, a auditionné près de 1000 personnes et collecté plus de 140 000 documents.

L’événement sera couvert par la majorité des TV et des chaines continue à l’exception de Fox News qui l’a délégué à Fox Business, une chaîne beaucoup moins regardée.

Les médias en parlent beaucoup ces derniers jours mais les Américains seront-ils intéressés ? Assistera-t-on à un nouveau Watergate ? Et surtout, ceux qui sont convaincus que Donald Trump et son entourage n’est responsable en rien de ce qui s’est passé changeront-ils d’avis ?

Jan. 6 Hearings Give democrats a Chance to recast Midterm Message, titrait le New York Times dans son édition de mardi.

C’est là un très mauvais titre car il donne l’impression que cette initiative est faite dans un but politique (politicienne comme on dit) alors qu’il s’agit de savoir qui porte quelle responsabilité dans cette opération impensable il y a peu : invalider le résultat des élections, en clair un complot ou une tentative de coup d’état.

Cette audition intervient à un moment où les Américains ont d’autres sujets de préoccupations : inflation, prix de l’essence, criminalité en hausse, révocation du droit à l’avortement, réglementation de la vente des armes, crise à la frontière et immigration, Covid…C’est d’ailleurs le message que poussent les républicains sans retenu accusant les démocrates d’utiliser cette initiative pour détourner l’attention des Américains. Parfois ce sont eux qui créent ces préoccupations. En remettant en cause le droit à l’avortement, même si l’initiative vient de la Court Suprême. En refusant des réformes significatives sur la réforme des armes à feu. Comment peut-on négocier sérieusement avec un élu qui refuse le moindre changement comme relever à 21 ans, l’âge de la vente des armes semi-automatiques.

Les événements autour du 6 janvier sont d’une tout autre nature : savoir si les Etats-Unis se considèrent toujours comme une démocratie.

La Brooking Institution vient de publier un document (Trump on Trial: A Guide to the January 6 Hearings and the Question of Criminality) qui fait la synthèse de ce qui s’est passé au vu des travaux de la Commission du 6 janvier. Ce document met clairement Donald Trump au centre de tous les événements qui sont intervenus et le présente comme l’organisateur en chef.

Les faits sont présentés en trois parties : avant les élections, du 3 novembre, date des élections au 6 janvier, date à laquelle les votes ont été certifiés malgré l’assaut du Capitole et après.

A. Groundwork: The Run-Up to November 3

Faut-il rappeler que Donald Trump ne respecte pas les règles et impose les siennes. Dès le Caucus de l’Iowa où il avait perdu contre Ted Cruz, il avait déjà invoqué la fraude. Plusieurs mois avant les élections de novembre 2020, il n’a eu de cesse que de répéter que s’il ne gagnait pas, c’est qu’il y aurait des fraudes.

B. The Campaign to Overturn the Election: November 3 through January 6

Dès le soir du 3 novembre, alors même que les résultats n’étaient pas connus, Donald Trump a organisé une conférence de presse déclarant qu’il avait gagné. Puis à partir du vendredi 7 novembre, juste après Joe Biden a été déclaré vainqueur, Donald Trump a refusé de concéder la victoire à son opposant, crié à la fraude et lancé toutes sortes d’initiatives pour renverser le résultat des élections.

C. Invasion and Aftermath: January 6 and Beyond

Cette période a commencé par l’assaut du Capitole du 6 janvier et qui continue encore aujourd’hui où, 17 mois après les élections, Donald Trump continue à pousser le Big Lie selon lequel il y a eu fraude pendant les élections tout en continuant à faire à la générosité des Américains pour financer d’éventuelles prochaines élections et peser sur le parti républicain en soutenant les candidats loyaux aux primaires de 2022.

La première des 6 auditions qui sera diffusée jeudi 9 juin aura-t-elle un impact sur leur jugement des événements coordonnés par Donald Trump pour renverser les résultats des élections ? On aura des premiers éléments de réponse demain. Ces auditions auront-elles un impact sur les élections de mi-mandat ? On le saura en novembre.

Les faits que ces auditions publiques devront confirmer selon The Bulwark (How to Think About the January 6th Hearings)

– Trump’s lies.
– How the GOP and its many aligned advocacy organizations fundraised off Trump’s meritless legal challenges to cancel Democratic votes.
– The efforts to squeeze state officials to “find the votes” in swing states Trump lost.
– The schemes inside the Department of Justice to launch sham investigations into voter fraud.
– The wild ideas entertained inside the White House to seize voting machines in order to “rerun” the election.
– The pressure campaign on Republican members of Congress and Vice President Mike Pence to deny Electoral College votes for Biden.
– How Trump summoned a real-life mob, bearing tactical gear and weapons, that resorted to physical violence to stop Congress from certifying Biden as president.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies