Aller au contenu Skip to footer

Peur et menaces sur le pays

Il y a quelques, le ministère de la Sécurité intérieure (DHS) publiait un bulletin sur le système consultatif national sur le terrorisme (NTAS) concernant l’environnement de menace accrue continue aux États-Unis. Le sixième depuis janvier 2021.

« Comme les récents actes de violence dans les communautés à travers le pays l’ont si tragiquement démontré, le pays reste dans un environnement de menace accrue, et nous nous attendons à ce que l’environnement devienne plus dynamique dans les mois à venir », commente Alejandro Mayorkas en marge de ce bulletin.

Dans les mois à venir, le DHS s’attend à ce que l’environnement de la menace devienne plus « dynamique », car plusieurs événements très médiatisés – il fait référence aux deux massacre de Buffalo et d’Ulvade – pourraient être exploités pour justifier des actes de violence contre une série de cibles possibles. Ces cibles pourraient inclure des rassemblements publics, des institutions confessionnelles, des écoles, des minorités raciales, ethniques et religieuses, des installations et du personnel gouvernementaux, des infrastructures essentielles des États-Unis, les médias et des opposants idéologiques perçus. Bref, partout où il y a des rassemblements.

Les acteurs de la menace se sont récemment mobilisés contre la violence en raison de facteurs tels que les griefs personnels, les réactions aux événements actuels et l’adhésion à des idéologies extrémistes violentes, y compris l’extrémisme violent à motivation raciale ou ethnique ou anti-gouvernement / anti-autorité.

Les adversaires étrangers – y compris les organisations terroristes et les adversaires des États-nations – restent également déterminés à exploiter l’environnement de la menace pour promouvoir ou inspirer la violence, semer la discorde ou saper les institutions démocratiques américaines.

Le DHS donne ensuite des exemples d’attaques violents perpétrées récemment.

Des personnes dans les forums en ligne qui promulguent régulièrement du contenu extrémiste violent domestique et lié à la théorie du complot ont fait l’éloge de la fusillade de masse de mai 2022 dans une école primaire d’Uvalde, au Texas, et ont encouragé les attaques d’imitation.  D’autres ont profité de l’événement pour tenter de répandre la désinformation et d’inciter à des griefs, y compris en affirmant qu’il s’agissait d’un événement organisé par le gouvernement destiné à faire progresser les mesures de contrôle des armes à feu.

Le suspect dans l’attaque de l’épicerie de Buffalo, dans l’État de New York, en mai 2022, a affirmé qu’il était motivé par des théories du complot racistes, anti-noires et antisémites, souvent appelées le « grand remplacement » ou le « génocide blanc ».  Ces théories affirment que les minorités, les multiculturalistes et une élite dirigeante menacent délibérément l’existence de la race blanche. L’agresseur présumé de 2019 dans un Walmart à El Paso, au Texas, a cité des griefs et une inspiration similaires pour l’attaque, et les attaquants de Buffalo et d’El Paso ont indiqué qu’ils avaient été inspirés par l’attaquant de 2019 de deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Une violente attaque en mai 2022 à Laguna Woods, en Californie, a visé les fidèles d’une église qui dessert la communauté taïwanaise.  L’attaque a tué une personne et en a blessé cinq autres.  Selon l’agence d’enquête principale, le suspect a également placé des dispositifs ressemblant à des cocktails Molotov autour de l’église et a sécurisé les portes avec des chaînes et de la super colle.

En avril 2022, un individu portant un masque à gaz a jeté deux fumigènes et ouvert le feu dans le métro de New York pendant l’heure de pointe du matin, blessant des dizaines de personnes.  Après la fusillade, un certain nombre d’utilisateurs pro-Al-Qaïda et de l’Etat islamique ont célébré l’attaque, qui fait toujours l’objet d’une enquête.

Pour le DHS, la prolifération continue de fausses informations concernant les événements actuels pourrait renforcer les griefs personnels ou les idéologies existants et, en combinaison avec d’autres facteurs, pourrait inciter les individus à se mobiliser contre la violence.

Certains extrémistes violents nationaux ont exprimé des griefs liés à leur perception que le gouvernement américain ne veut pas ou ne peut pas sécuriser la frontière américano-mexicaine et ont appelé à la violence pour endiguer le flux de migrants sans papiers vers les États-Unis.  Nous estimons qu’il existe un risque accru que des extrémistes violents nationaux utilisent des changements dans les politiques et/ou les mécanismes d’application de la loi liés à la sécurité frontalière pour justifier la violence contre les individus, comme les minorités et les agents d’application de la loi impliqués dans l’application de la sécurité frontalière.

Compte tenu de l’affaire très médiatisée en cours de la Cour suprême des États-Unis sur le droit à l’avortement, les personnes qui plaident à la fois pour et contre l’avortement ont, sur des forums publics, encouragé la violence, y compris contre le gouvernement, le personnel et les établissements de santé religieuse et reproductive, ainsi que ceux ayant des idéologies opposées.

Alors que les États-Unis entrent dans la saison des élections de mi-mandat cette année, nous estimons que les appels à la violence par des extrémistes violents domestiques dirigés contre les institutions démocratiques, les candidats politiques, les bureaux des partis, les événements électoraux et les travailleurs électoraux vont probablement augmenter.

En écho et en exemple à ce bulletin, les membres de la Commission du 6 janvier ont fait eux aussi l’objet de menaces à répétition tout comme certains témoins qui ont résisté contre la pression visant à invalider les résultats de l’élection de 2020. Adam Kinzinger a présenté les menaces récentes sur lui et sa famille.  

Lettre reçue par Adam Kinzinger

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies