Aller au contenu Skip to footer

Midterms 2022 : Les républicains sur la finish line ?

Un match de Tennis n’est jamais gagné avant que la balle de match ait été remportée. Une élection n’est pas gagnée avant que le dernier bulletin ne soit compté. Sans doute. Mais il semblerait que tous les indicateurs soient à ce jour favorables aux républicains. Ces derniers ont gagné la campagne de communication en discréditant et diabolisant les démocrates. Le jeu de la critique de l’opposant, un jeu normal en démocratie, est devenu asymétrique, car les républicains sont prêts à utiliser tous les moyens possibles comme le mensonge systématique et répété, la reprise de théories complotistes qui en temps normal feraient bondir tout esprit sain, les attaques personnelles… A ce jeu, les démocrates qui sont freinés par les forces de la raison et de la décence sont défavorisés. Et ce n’est pas le discours de Joe Biden concernant la menace qui pèse sur la démocratie américaine qui pèsera très lourd.

Inflation, criminalité, immigration, l’environnement général est anxiogène et les démocrates en font les frais. Et ce ne sont pas les lois votées par le Congrès à majorité démocrate signées par Joe Biden qui restent très abstraites pour une majorité d’Américains et dont les effets se feront sentir dans plusieurs mois qui peuvent renverser la tendance.

L’appréciation sur les indicateurs clés par les Américains est mauvaise tout comme la cote de popularité de Joe Biden. Le sursaut de pugnacité des démocrates après la publication de l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization qui invalidait Roe v. Wade publié il y a un demi-siècle n’a pas survécu à l’été. L’environnement politique pour les élections de mi-mandat de 2022 devrait profiter au Parti républicain indique l’institut Gallup dans sa dernière note avant les élections de mardi (GOP Has Political Winds at Their Back in 2022).

Taux d’approbation de Joe Biden

Lorsque la popularité d’un président est inférieur à 50 %, la défaite aux élections est quasi assurée. Les pertes de sièges à la Chambre des représentants pour les partis impopulaires des présidents ont été en moyenne de 37 depuis 1946.

Seuls deux présidents depuis la Seconde Guerre mondiale ont vu leur parti gagner des sièges à la Chambre des représentants à mi-mandat – Bill Clinton en 1998 et George W. Bush (effet de la guerre en Irak) en 2002. Ces présidents avaient des taux d’approbation de 66% et 63%, les cotes de mi-mandat les plus élevées et les plus élevées des tendances de Gallup.

Bien que les démocrates soient sur le point de perdre des sièges à la Chambre, les pertes pourraient ne pas être aussi importantes que le taux d’impopularité de Joe Biden pourrait le suggérer. C’est parce que le Parti démocrate détient actuellement une faible majorité à la Chambre (220 sièges), par rapport aux majorités beaucoup plus robustes (plus de 250 sièges) qu’il avait lors des élections de mi-mandat de 1994 et 2010, lorsque les républicains ont remporté plus de 50 sièges.

Taux d’approbation du Congrès

21% seulement des Américains approuvent le travail du Congrès, c’est peu mais c’est le même niveau d’approbation que lors de chacune des quatre dernières élections de mi-mandat. Lors des quatre élections au cours desquelles le Congrès a été impopulaire et où le président et la majorité à la Chambre ont été contrôlés par différents partis – 1974, 1982, 1990 et 2014 – le parti majoritaire de la Chambre a gagné des sièges à chaque fois.

Satisfaction aux États-Unis

Cette année marque un nouveau creux pour la satisfaction à l’égard de la façon dont les choses se passent au moment des élections de mi-mandat. 17% d’Américains sont satisfaits de la situation générale. Des pertes de sièges plus importantes à mi-parcours ont tendance à se produire lorsque la satisfaction est faible. Comme pour l’approbation du Congrès, les électeurs ont tendance à exprimer leur mécontentement davantage sur le parti du président que sur le parti majoritaire au Congrès lorsqu’il y a un gouvernement divisé.

Notations de l’économie

Cette année, l’économie sera un enjeu important. Près d’un Américain sur deux mentionne la situation économique comme le problème le plus important auquel le pays est confronté. Ils ne retiennent pas les bons résultats sur le front de l’emploi. Le nombre de l’emploi créé en octobre s’inscrit dans cette dynamique. Mais ils ne verront que l’inflation et pour ceux qui oublieraient, les républicains se feraient fort de leur rappeler.

A l’inverse, les évaluations globalement positives de l’économie en 1994, 2006 et 2018 n’avaient pas suffi à surmonter les faibles taux d’approbation des présidents Clinton, Bush et Trump,. Cependant, la faible approbation de l’emploi de Biden aujourd’hui est conforme à la vision sombre des Américains de l’économie, ce qui limite peut-être plus que d’habitude les chances de son parti lors de cette élection.

Les élections de mi-mandat favorisent généralement le parti qui n’est pas au pouvoir – et si cette tendance se maintient, le Parti républicain regagnera sa majorité à la Chambre des représentants des États-Unis, voire au Sénat américain. Les démocrates sont particulièrement vulnérables cette année parce que l’humeur nationale est aussi mauvaise, sinon pire, qu’elle ne l’a été au cours de toute année récente d’élections de mi-mandat. Il est possible que les démocrates ne perdent pas autant de sièges que lors des élections de 1994 et 2010, mais cela refléterait davantage leur faible majorité à la Chambre à l’approche des élections que les frustrations des Américains à l’égard de la nation à un moment où les démocrates contrôlent les branches élues du gouvernement fédéral.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies