Aller au contenu Skip to footer

Donald Trump : Grover Cleveland ou Theodore Roosevelt ?

Pensez-vous que Donald Trump va se présenter comme candidat en 2024, demande la journaliste britannique Katty Kay à la candidate républicaine pour le poste de gouverneur de l’état d’Arizona, avant que ne soient connus les résultats et que Donald Trump n’ait annoncé sa candidature ?

Il ne devrait pas pouvoir se représenter puisqu’il a gagné les dernières élections mais s’il se présente, il gagnera, répond la candidate sans aucune gêne de dire deux choses contradictoires dans la même phrase

  • Il a gagné deux fois, donc il ne peut se présente
  • S’il se présente, c’est qu’il a perdu en 2020

Mais la logique et la politique ne font parfois pas bon ménage. Depuis, Donald Trump a annoncé, pour la troisième fois, sa candidature à la présidence des Etats-Unis. Ce qui n’était une surprise pour personne. Il en a fait le teasing à plusieurs reprises et espérait bien qu’il pourrait s’adosser à un vague rouge lors des midterms qui, finalement, n’est pas arrivée. Les résultats n’ont pas été à la hauteur de ses espérances mais qu’à cela ne tienne, la réalité n’est pas ce qui est mais ce que dit Donald Trump.

De nombreux candidats battus ont fait de multiples tentatives à la présidence – Henry Clay, Daniel Webster et James G. Blaine au 19e siècle ; Robert Taft, Hubert Humphrey, Richard Nixon et Hillary Clinton aux 20e et 21e siècles – seuls quatre présidents vaincus ont tenté des retours politiques : Martin Van Buren, Theodore Roosevelt, Grover Cleveland et Herbert Hoover. Et un seul, Grover Cleveland, a réussi à être élu une seconde fois à quatre ans d’intervalle.

En 1884, le gouverneur de New York, Grover Cleveland, est devenu le premier démocrate à remporter la présidence depuis 1856. Ancien maire de la ville de Buffalo dans l’état de New York, Cleveland s’était distingué à la fois comme maire et élu du Congrès de l’état pour avoir défendu la réforme de la fonction publique, mais n’avait pas réussi à mettre fin au copinage et au favoritisme qui alimentaient une grande partie de la politique de la fin du 19e siècle.

Cleveland avait pas combattu dans la guerre civile (il avait fait appel à un remplaçant) et n’avait pas été au centre de batailles politiques meurtrières sur la période de la Reconstruction. Mais après un quart de siècle de lutte contre l’esclavage et le sectionnalisme, les électeurs américains étaient prêts à lui donner une chance. Avec le Sud sous solide contrôle démocrate et la Nouvelle-Angleterre favorisant les républicains, l’élection est devenue une compétition pour les États pivots dans les régions du Midwest et du Mid-Atlantique.  

(Source : Wikipedia)

Cleveland s’est avéré leader solide bien que peu inspirant. Il a réprimé les chemins de fer qui avaient illégalement annexé des terres fédérales dans l’Ouest et a signé la création de l’Interstate Commerce Commission, la première agence fédérale à tenter sérieusement de réglementer l’industrie. Il a également élevé le ministère de l’Agriculture au rang de cabinet.

Quand vint le temps de se présenter à nouveau en 1888, Cleveland semblait indifférent. Il remporta facilement l’investiture. En fin de compte, un effort concerté de la part d’hommes d’affaires de premier plan, qui ont mobilisé des ressources de campagne auparavant inimaginables pour le républicain Benjamin Harrison, et l’avantage structurel du GOP dans le collège électoral ont conduit à la défaite de Cleveland.

À la retraite, Cleveland et sa femme ont déménagé à New York, où l’ancien président aimait la vie sociale et les restaurants (Cleveland, pesant environ 120 kg). Mais, comme beaucoup d’anciens politiciens qui abandonnent les feux de la rampe pour passer du temps avec leur famille, Cleveland est vite retombé dans l’ennui. Il surveillait de près les événements à Washington et voyait une ouverture pour renverser Harrison, qui était devenu impopulaire auprès des électeurs. Cleveland remporta facilement sa réélection et, dans une autre course serrée, réussit à bricoler la coalition électorale qui l’avait initialement envoyé à Washington. À ce jour, il reste le seul président à avoir exercé deux mandats non consécutifs.

Cleveland mena une campagne assez terne en 1892. Sa victoire doit beaucoup à la carte électorale serrée. Comme aujourd’hui, l’électorat était fortement polarisé, avec seulement un petit nombre d’électeurs indécis dans une poignée d’États pivots susceptibles de faire basculer la course dans les deux sens. Pour Trump, c’est une leçon importante. S’il est réélu, il pourrait très bien gagner.

Un Roosevelt peut en cacher un autre

Au cours de ses sept années au pouvoir, Theodore Roosevelt s’est avéré un grand président. Ses réalisations étaient de grande envergure, allant de la protection de l’environnement à la création de parcs et de monuments nationaux, en passant par la promotion d’un mouvement équitable pour les syndicats et la mise au pas des chemins de fer et des grands trusts industriels. Il a également commis l’une des pires erreurs de l’histoire présidentielle : peu après son élection en 1904, il a annoncé qu’il ne briguerait pas un troisième mandat, se faisant de fait un lame duc president (canard boiteux). A l’époque, le nombre de mandats du président n’était pas limité à deux. C’est le 22e amendement proposé en 1947 et ratifié par le Congrès qui imposa cette limite (après les quatre mandats de Franklin Roosevelt). C’était une décision qu’il regretterait pour les années à venir.

Mais Theodore Roosevelt a tenu parole. En 1909, il se retira et regarda son successeur trié sur le volet, William Howard Taft, remporter l’élection à la présidence. Roosevelt s’est alors rendu en Afrique pour une excursion de chasse d’un an, revenant en 1910 pour découvrir que Taft s’était apparemment allié avec des républicains conservateurs qui espéraient inverser la vague de progressisme au sein du parti et de la nouvelle administration.  

Démangeant d’être de retour dans le jeu, Theodore Roosevelt défia Taft pour l’investiture républicaine en 1912. Bien que Roosevelt ait battu Taft par une marge de 2 à 1 dans une poignée de primaires, les chefs de parti ont choisi la plupart des délégués à la convention du GOP, assurant presque à Taft une victoire. En réponse, Roosevelt et ses partisans progressistes ont formé le nouveau Bull Moose Party, qui a défendu de nombreuses réformes sociales et politiques que Theodore Roosevelt avait adoptées en tant que président.

Ce fut l’une des campagnes présidentielles les plus fascinantes, ponctuée par une apparition à Milwaukee le 14 octobre, lorsqu’un assassin potentiel a tiré un coup de feu directement sur la poitrine de Roosevelt. Le discours de l’ancien président – les 50 pages – avait été glissé dans sa veste de costume et ralentissait suffisamment la vitesse de la balle pour épargner à Theodore Roosevelt de graves blessures.  

En fin de compte, avec les républicains divisés, le démocrate, Woodrow Wilson, a remporté la journée. Theodore Roosevelt avait la particularité d’être le seul candidat d’un troisième parti à devancer le candidat d’un grand parti politique : il s’est classé deuxième, Taft loin derrière.

Leave a comment

Recevez les derniers articles directement dans votre boîte mail !

Un Jour en Amérique © 2022. Tous droits réservés. 
Consentement des cookies